L’hybride à l’assaut des terrains de football français

30 décembre 2014 / 15 h 30 min
Classés dans :
Illustration de L’hybride à l’assaut des terrains de football français

Les pelouses hybrides ou communément appelées « pelouses semi synthétiques » sont encore nouvelles dans le monde du sport en générale et dans celui du foot français en particulier. En France, on dénombre, actuellement, 41 129 terrains de foot en gazon naturel contre 4 715 en gazon artificiel. Et ce n’est que récemment que les pelouses hybrides ont fait leur apparition.

Les fabricants de gazon synthétique ont mis au point un sol composé de sable fin, de microfibres artificiels et de liège, sur lequel est semé du gazon naturel. L’objectif, c’est d’assurer un confort optimal dans le jeu sur un sol qui reste imperméable. Le terrain hybride permet d’amortir les chocs mais aussi de réduire de 20 à 40% les risques d’entorses et de lésions.
L’École nationale supérieure des arts et métiers de Paris a effectué récemment une étude sur les dangers potentiels de trois surface de jeu, à savoir la pelouse naturelle, la synthétique de troisième génération et la pelouse hybride (mélange de substrat synthétique et de gazon naturel). L’étude a constaté des différences significatives sur les chargements inter segmentaires c’est-à-dire ce qui touche les rotations des genoux. Pour la rotation interne, les risques lésionnels augmentent de 36 % sur le gazon synthétique par rapport au gazon hybride. Pour la rotation externe, le chiffre monte à 43 %.
En somme, l’étude de l’Ensam de Paris souligne donc pour les terrains hybrides une réduction des risques de rupture du ligament croisé antérieur, d’usure articulaire et de blessures liées à la fatigue mais aussi une réduction des risques de traumatismes crâniens.

Source: Le Club des Managers du Sport