Choisir de la pelouse artificielle : un choix écologique ?

28 mars 2017 / 17 h 09 min
Classés dans :
Illustration de Choisir de la pelouse artificielle : un choix écologique ?

Le gazon synthétique face au gazon naturel, comment étayer une authentique comparaison qui ne se contente pas d’effleurer la question ?

Il faut impérativement pour cela déterminer des critères pertinents et réaliser une étude objective.

Une étude réalisée par Bio Intelligence Service (leader en ce qui concerne l’étude des mesures et la vérification des performances environnementales) vise à comparer le cycle de vie d’un gazon synthétique avec celui d’un gazon naturel.
Cette étude a permis de dresser un éco-profil comparatif qui tient compte de l’ensemble du cycle d’utilisation depuis la fabrication jusqu’au démantèlement.

Cinq indicateurs ont été retenus : il s’agit des indicateurs les plus parlants concernant les préoccupations environnementales actuelles tel le maintien des écosystèmes et la lutte contre le réchauffement climatique. Les résultats ont ensuite été soumis à la revue critique d’un expert indépendant.

Gazon synthétique consommation eau

1er indicateur : La consommation d’eau

Ici, l’étude tient compte non seulement des quantités d’eau utilisées directement (pour l’arrosage) mais aussi de la consommation indirecte, celle qui est liée à la fabrication des matériaux et à leur traitement en fin de vie.
La consommation d’eau s’avère, au total, 63 fois plus élevée pour les terrains en gazon naturel, que pour les terrains en pelouse artificielle.

Gazon synthétique production des déchets

2ème indicateur : La production de déchets

La réduction des déchets constitue à la fois un enjeu financier et environnemental pour notre société. Cet indicateur exprimé en kg/an inclus bien sûr les déchets concernant la fabrication et la mise en place des terrains (cartons et plastiques d’emballages, découpe et chutes de matériaux…) ainsi que les déchets générés par le démantèlement des différents éléments en fin de vie des terrains. Toutefois, on ne doit pas oublier d’ajouter dans la balance les déchets qui sont dus aux tontes et aux opérations visant à décompacter le gazon naturel.
Une fois tous ces éléments pris en compte, on s’aperçoit que le gazon naturel produit 10% de déchet en plus que le gazon synthétique.

Gazon synthétique écologie réchauffement climatique

3ème indicateur : L’influence sur le réchauffement climatique

Le CO2 et le N2O générés directement ou indirectement par la production et l’utilisation des engrais et autres traitements utilisés lors de la mise en place et l’entretien d’une pelouse naturelle sont à l’origine de son très mauvais score :
Sur l’ensemble de sa durée de vie, l’herbe naturelle d’un terrain de foot s’avère émettre dans l’atmosphère 8 fois plus de gaz à effet de serre que la surface d’un terrain réalisé en gazon synthétique !

Gazon synthétique écologie eutrophisation des eaux

4ème indicateur : L’eutrophisation des eaux

Euh ?… C’est à dire ?
Il s’agit d’un phénomène induit par la présence des nitrates ou des phosphates accumulés dans les sols. Transportés en milieu aquatique par l’écoulement des eaux de pluie, ils favorisent la croissance anarchique des algues et risque d’aboutir à la mort d’écosystèmes par asphyxie.
En matière d’eutrophisation, les impacts dus à la vie d’une pelouse naturelle sont 70 fois supérieurs à ceux générés par un gazon synthétique.

Gazon synthétique écotoxicité sédimentaire

5ème indicateur : L’écotoxicité sédimentaire

Qu’est-ce que “ l’écotoxicité” ? Cette fois, on prend en compte l’ensemble des éléments émis dans l’environnement et qui vont venir intoxiquer les sols et l’eau.
Là encore, le gazon synthétique se place mieux en matière d’écologie que le gazon naturel : la toxicité sédimentaire induite par l’entretien d’une pelouse naturelle est 23 fois plus importante que pour un gazon synthétique.

Conclusion

Globalement, dans ce match, le gazon synthétique reste vainqueur haut la main !
Ces critères objectifs, qui ont fait l’objet de réelles mesures, nous permettent d’affirmer qu’un gazon synthétique placé en lieu et place d’une pelouse naturelle ne fait pas courir davantage de risques écologiques à notre planète.
Bien au contraire !
La pose d’un gazon artificiel est non seulement un choix esthétique, confortable, économique, mais il répond aussi à nos préoccupations environnementales. C’est un choix qui va dans le sens du souci que nous avons tous de ménager la Terre de nos enfants.

Source de l’étude.